SITUATION FINANCIERE

AccueilVie municipale > Les finances communales > Situation financière

Empilements de pièces

La situation financière de la commune s'apprécie en premier lieu par les équilibres du budget annuel de fonctionnement. C'est en effet lui qui :

 

  • caractérise le niveau de ressources de la commune au travers des différentes recettes qu'elle peut mobiliser,

 

  • fixe « le niveau de vie » qu'elle s'accorde au travers des dépenses de fonctionnement courant consacrées au quotidien à l'administration générale, à l'entretien du patrimoine, et aux services rendus à la population qu'ils soient obligatoires ou facultatifs,

  • détermine, par les excédents qu'il génère, l'ambition et le volume des investissements possibles.

  • LES COMPTES DE 2021

L'exercice 2021 permet d'illustrer la structure et le poids relatif des recettes et dépenses annuelles de la façon suivante :

Les impôts locaux  représentent aujourd'hui 38% des ressources de la commune.

 

A noter que la quasi disparition de la Taxe d'Habitation, qui ne concerne plus que les administrés détenteurs de résidences secondaires à compter de 2023, est compensée par l'attribution à la commune de la part de Taxe sur le Foncier Bâti qui bénéficiait jusques là au département.

 

C'est le poste de recettes sur lequel la commune garde une marge d'autonomie en fixant chaque année les taux de fiscalité. Ils sont inchangés depuis 2018.

situation21a.jpg

Avec une imposition locale de 229 € /habitant, les moumourais bénéficient d'une pression fiscale sensiblement inférieure   
(- 29%) à la moyenne observée dans la strate des communes comparables (500 à 2 000 habitants). 

situation21b.jpg

Les autres impôts, taxes, dotations et compensations attribués à la commune représentent 42 % de nos ressources.

 

Les produits du domaine et des services proviennent pour l'essentiel des loyers perçus, de la vente de bois et d'électricité photovoltaïque et constituent un appoint appréciable mais fluctuant car fortement dépendant de facteurs climatiques ou conjoncturels.

situation21c.jpg

L'évolution du bilan traduit un niveau de recettes relativement stable dans les dernières années et une bonne maîtrise des dépenses :

situation21d.jpg
  • EPARGNE BRUTE

Ce bilan recettes/dépenses peut être apprécié en regard des valeurs moyennes données par la DGFip pour la strate  de communes comparables, rapportées à la population.

En % des recettes, l'épargne brute représente 24% du montant des recettes contre 20 % pour la strate nationale.

Le niveau d'épargne par habitant apparaît ainsi plutôt satisfaisant.

 

Il est obtenu par une bonne maîtrise des dépenses et ce, malgré un niveau de ressources sensiblement inférieur à la moyenne nationale.

situation21e.jpg

Les points de comparaison pour les postes significatifs de dépenses illustrent cette situation.

situation21f.jpg
  • CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT

L'épargne dégagée (123 K€ en 2021) constitue la capacité d'auto-financement (CAF) brute.

 

Elle est destinée à financer les dépenses d' investissement, et doit couvrir a minima le remboursement du capital des emprunts (97 k€ en 2021).

 

C'est donc le solde (25 k€) qui constitue la CAF nette mobilisable pour de nouveaux investissements.

situation21g.jpg

En 2021, le remboursement du capital obère ainsi 78 % de la capacité d'autofinancement.

L'analyse de la dette est déterminante à cet égard.

  • POIDS ET EVOLUTION DE LA DETTE

Après construction de la nouvelle école qui a nécessité le dernier emprunt en date, le stock de dette se résorbe annuellement depuis, en mobilisant l'essentiel de notre épargne annuelle.

situation21h.jpg

Le poids de la dette de 910 €/habitant est élevé (560 €/hab pour la strate nationale des communes comparables) et tient au niveau d'équipements de la commune : ils ont en leur temps mobilisé des emprunts dans une conjoncture de taux beaucoup plus élevés qu'aujourd'hui et ils continuent de peser sur notre budget.

 

Cette charge de la dette devrait néanmoins être allégée dès 2022 puis en 2025 par l'extinction d'emprunts arrivés à échéance, libérant ainsi de nouvelle marges de manœuvre.

Capacité de désendettement :

 

Ce ratio exprime le nombre d’années théoriques qu’il faudrait pour que la commune rembourse l’intégralité de sa dette si elle y consacrait la totalité de son autofinancement disponible.

Il est aujourd'hui de 6,3 années, niveau rassurant en regard du seuil de vigilance généralement estimé à 8-9 ans.

situation21i.jpg